Hommage au Général de Gaulle

A nous de conserver la mémoire de ce qu'était le Général de Gaulle, à nous d'emprunter le chemin de grandeur qu'il avait lui-même tracé (Photos DR)

Le 9 novembre 1970, le Général de Gaulle disparaissait à Colombey-les-deux-Eglises et il emportait avec lui une partie de l’histoire de France. Lui rendre hommage aujourd’hui, ce n’est pas seulement se souvenir du grand homme et du grand président qu’il a été, c’est aussi trouver en lui des sources d’inspiration pour l’avenir. C’est aussi garder intacts son héritage et sa façon si particulière de faire de la politique à laquelle nous devons nous hisser.

De Gaulle, c’est l’homme du 18 juin 1940, qui a su dire non à une paix symbole de soumission et qui s’engagea corps et âme dans la Résistance. De Gaulle, c’est le fondateur de la Ve République, qui donna à la France des institutions solides pour lui permettre de traverser les crises. De Gaulle, enfin, c’est l’homme de la liberté: liberté des travailleurs français qui eurent accès au bénéfice de leurs entreprises par la politique de « participation », liberté des femmes, qui eurent le droit à la contraception grâce au député gaulliste Lucien Neuwirth en 1967, mais aussi liberté artistique, culturelle, économique, politique…

« La France vient du fond des âges, elle vit, les siècles l’appellent, pour autant qu’elle sache rester elle-même »

En ces temps troublés où tant de Français s’interrogent et refusent que leur culture soit diluée, contestée et attaquée comme elle peut l’être par des ennemis de l’intérieur, le souvenir glorieux de l’action du Général de Gaulle doit nous rendre optimistes. Oui, à condition que l’on reste fidèles au destin qu’elle a dans le monde, à condition que l’on défende son passé et son roman national, la France restera toujours la France dans ce qu’elle a de plus beau, de plus fraternel et de plus solidaire. Comme de Gaulle l’écrivait dans ses Mémoires d’Espoir, la France ne vient pas de nulle part, elle a des racines, elle « vient du fond des âges, elle vit, les siècles l’appellent, pour autant qu’elle sache rester elle-même ».

A nous de conserver la mémoire de ce qu’était le Général de Gaulle, à nous d’emprunter le chemin de grandeur qu’il avait lui-même tracé, à nous de prendre la hauteur nécessaire pour se rassembler face aux dangers qui menacent une nouvelle fois la France. Et je pense en particulier au terrorisme islamiste qui nous a déclaré une guerre de civilisation. Le gaullisme s’incarne dans des actes concrets, dans la fidélité à une posture et à une éthique, mais aussi dans cet idéal de réconciliation nationale qui doit tous nous animer aujourd’hui.

Lien court : http://eciotti.fr/3sh
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *