Immigration : la montagne a accouché d’une souris !

Derrière le ton présidentiel volontariste, le « en même temps » paralyse un pouvoir incapable de refonder réellement notre politique migratoire. Le premier ministre Edouard Philippe et une partie de son Gouvernement font mine de s’attaquer à l’immigration de masse mais les mesures présentées aujourd’hui vont finalement augmenter les flux qui atteignent déjà des records avec près de 256.000 titres de séjour délivrés en 2018.

Les quotas annoncés en grande pompe ne seront pas limitatifs, c’est-à-dire qu’ils ne réduiront pas l’immigration. Selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, ces quotas serviront bel et bien à pourvoir des emplois vacants par de la main d’oeuvre étrangère, au détriment des travailleurs français. L’objectif annoncé est clair: faire augmenter les flux migratoires alors que nous n’en avons ni les moyens ni la volonté.

En effet, l’urgence serait de durcir les conditions du regroupement familial mais, sur ce sujet, le Gouvernement a démissionné. Pire, à l’heure où de nombreux Français peinent à trouver des logements décents, Christophe Castaner veut carrément mobiliser 16.000 logements du parc privé social pour accueillir des demandeurs d’asile. Cette décision est un non-sens et une absurdité.

Malgré certaines avancées notamment pour mieux contrôler l’Aide Médicale d’Etat, ce plan du Gouvernement n’est ni ambitieux ni révolutionnaire. Réduire l’immigration, c’est d’abord expulser les centaines de milliers de clandestins qui, bien que censés quitter le territoire national, restent aujourd’hui en France.

Lien court : http://eciotti.fr/wyd

Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *