Non à la pénalisation de la liberté de penser : Eric Zemmour a le droit d’exprimer ses convictions !

Depuis plusieurs jours le journaliste et polémiste Eric Zemmour est la cible d’attaques extrêmement violentes. Certaines personnalités politiques et médiatiques vont jusqu’à demander son interdiction à la télévision ou à la radio, un éditorialiste est même allé jusqu’à assimiler l’intellectuel à la montée du nazisme tout en le traitant de « pyromane » et de « délinquant » !

Petit à petit certains veulent installer dans le débat médiatique, et pire dans notre droit, une délinquance de la pensée non officielle. De tels propos et de telles revendications sont terrifiants et traduisent une dérive de notre société ou certains voudraient hiérarchiser et criminaliser la pensée.

L’objectif affiché est clair : intimider, faire taire ou même faire licencier Eric Zemmour. Le ton excessif de ceux qui l’attaquent et la judiciarisation grandissante du débat m’inquiètent.

Non, la justice de la République ne peut faire office de police de la pensée. Ce n’est pas son rôle, ça ne l’a jamais été et ça ne doit jamais le devenir. Le débat démocratique ne doit pas se tenir devant les juges mais devant l’opinion et les Français.

Où allons-nous nous arrêter dans cette dérive ? S’ils étaient vivants les « laïcards » de la IIIème République, Gambetta, Clémenceau, Combes auraient-ils pu s’exprimer contre l’Église catholique avec virulence comme ils l’ont fait, parlant du « pape boche » ou du « prêtre historiquement haïssable », sans être trainés devant les tribunaux ?

Ces figures historiques sont pourtant de grands républicains, exemplaires, irréprochables et salués de tous un siècle plus tard !

Dans notre République chacun doit encore avoir le droit de critiquer une religion dans le cadre de la loi, un droit malheureusement menacé comme l’ont rappelé récemment les critiques dont a été victime le philosophe Henri Pena Ruiz.

Eric Zemmour dénonce la montée de l’Islam politique en France, Eric Zemmour est libre de le faire ! Il n’est d’ailleurs pas le seul à évoquer cette progression de l’islamisme et du communautarisme en France, je l’ai fait à plusieurs reprises à l’Assemblée Nationale. Le livre de Jérôme Fourquet « L’Archipel français » reposant sur des données sociologiques irréfutables décrit froidement et objectivement ces évolutions, il n’est pas illégitime de s’en inquiéter.

Lorsque il nous apprend notamment que 46 % des musulmans étrangers veulent que la Charia s’impose en France n’a-t-on pas le droit de le dire et suprême provocation de s’en inquiéter !

Au débat apaisé et rationnel d’une démocratie avancée, on assiste depuis plusieurs années à un basculement vers le monopole de la pensée unique et officielle. Je refuse cette perspective angoissante car elle est contraire à la liberté d’expression et de pensée de l’ensemble des citoyens dans notre République.

Drôle d’époque ou certains distribuent les bons points et bannissent ceux qu’ils réprouvent au mépris des libertés et de la saine confrontation des idées. L’idéal républicain repose sur le contraire : une liberté indispensable à soi-même mais une liberté aussi et surtout nécessaire à autrui.

Sans la liberté, il n’y a rien dans le monde disait Châteaubriand. Malgré des profonds désaccords politiques, notamment sur les méthodes pour combattre le terrorisme, je rejoins l’avocat François Sureau dans sa mise en garde à l’encontre d’une société qui restreint de plus en plus les libertés fondamentales.

Le pluralisme des idées et la liberté d’expression sont l’essence même de notre démocratie, il faut les préserver à tout prix. Les chasses aux sorcières sont étrangères à la République qui doit se faire la gardienne des libertés. Libertés chaque jour attaquées par les redresseurs de conscience qui exigent aujourd’hui l’excommunication d’Eric Zemmour alors qu’ils ont si souvent démontré dans l’histoire leur aveuglement face aux pires des tyrannies.

Lien court : http://eciotti.fr/tcy

Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *