Au lendemain de l’annonce de la mission de refondation des services d’urgences par la ministre de la Santé Agnès Buzyn, Eric Ciotti réaffirme son soutien au personnel hospitalier et en particulier à celui du CHU de Nice en souffrance depuis des mois

A Nice, un rassemblement est organisé sur le parvis de l’hôpital Pasteur 2 pour dénoncer la situation alarmante et indigne de l’hôpital public. Les médecins, infirmières, anesthésistes et cadres de santé sont en première ligne et doivent parfois subir des insultes et des agressions intolérables, comme ce fut encore le cas à Nice tout récemment.

L’épuisement des agents du service public est inédit. En 2016, les services d’urgence des établissements de santé ont accueilli 21,2 millions de passages contre 18,4 millions en 2012, soit une augmentation de près de 15 % en 4 ans.

J’ai personnellement saisi la ministre Agnès Buzyn à plusieurs reprises sur la situation des services hospitaliers de Nice qui sont pénalisés par un manque cruel de personnel et de moyens. Comme élu de la République et comme citoyen, je suis attaché à notre service public de santé. On ne peut pas laisser se dégrader et se paupériser ainsi nos hôpitaux, il en va de la santé des Niçois et des Niçoises qui est mise en danger par cette situation dramatique.

Malheureusement, le plan santé du Gouvernement ne parviendra pas en l’état à résoudre cette crise structurelle. Certes, la suppression du numerus clausus est une avancée mais les mesures restent insuffisantes pour garantir le bien-être des patients et celui des personnels qui vivent bien souvent dans l’angoisse et le stress.

J’invite le Gouvernement à écouter les parlementaires LR qui ont plaidé à travers plusieurs amendements pour maintenir des services d’urgences dans les hôpitaux et garantir ainsi une offre de soins de proximité afin de lutter contre la désertification médicale.

Lien court : http://eciotti.fr/13b

Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *