L’incendie de Notre-Dame est venu nous rappeler que notre civilisation est menacée et qu’il nous faut la défendre pour que la France reste la France

La cathédrale de Notre-Dame veille sur la France depuis 850 ans. Ce qui a brûlé dans la nuit du 15 avril c’est bien plus qu’une part de notre patrimoine matériel, c’est le cœur de la nation, c’est ce que nous sommes. Que l’on soit Français depuis des générations ou depuis hier, Notre-Dame de Paris, c’est la France.

Notre-Dame c’est une réalité française. L’émotion immense qu’a suscité sa destruction partielle traduit l’attachement viscéral des femmes et des hommes de France à leur civilisation, à leur culture et leurs racines. Les Français si attachés à leur passé sont aujourd’hui inquiets pour leur avenir. Notre Dame qui se consume est le symbole d’un futur commun, de plus en plus déraciné, qui s’assombrit.

Ce drame est venu nous saisir à la tombée de la nuit pour nous rappeler la précarité de notre civilisation léguée par nos aïeux. Il vient réveiller l’âme française menacée par le communautarisme islamiste qui gangrène la Nation mais aussi par un masochisme national d’une certaine gauche qui porte une vision culpabilisatrice de notre histoire, que partage le macronisme pour qui la France serait un concept dépassé, le Président Macron ayant lui-décrété qu’il n’y avait « pas de culture française ».

Face au destin de notre civilisation les Français ont le devoir de se réapproprier leur histoire fondatrice. La reconstruction de Notre-Dame cimente les Français autour d’un magnifique projet mais la reconstruction la plus décisive pour notre Nation se trouve ailleurs.

La France doit cesser de tourner le dos à son identité. Osons nommer nos racines, assumer qui nous sommes avec fierté pour léguer notre civilisation millénaire qui mérite d’être perpétuée.

Ce combat pour notre identité je le mène avec constance en demandant l’inscription des racines chrétiennes de la France dans notre constitution. Demande d’intérêt national qui est rejetée et combattue avec violence par la majorité.

En cas de révision constitutionnelle je me battrais encore et toujours pour cette inscription dans la constitution. Notre passé et nos racines ne sont pas des chaînes, ce sont des ressources, notre boussole, l’ADN de toute la Nation.

Au-delà de Notre-Dame c’est le patriotisme français qu’il faut rebâtir, cette vieille Dame est venue du fond des âges exiger que la France reste la France

Lien court : http://eciotti.fr/AGP

Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *