Eric Ciotti demande à Christian Estrosi d’annuler la taxe métropolitaine votée en 2018 par la Métropole Nice Côte d’Azur

Monsieur le Président,

Depuis le 17 novembre, partout en France et notamment à Nice, le mouvement des gilets jaunes exprime la colère des français qui subissent une perte de pouvoir d’achat du fait de l’augmentation incessante des taxes et des impôts.

La hausse des taxes sur le carburant a été le moteur de cette profonde et légitime colère. Mais ce mouvement trouve aussi sa source dans l’augmentation de la CSG qui frappe notamment nos retraités ou dans l’augmentation de l’impôt sur le revenu décidé par François Hollande et Emmanuel Macron, alors Ministre de l’économie.

Aujourd’hui, le gouvernement doit entendre cette colère et renoncer à ces hausses d’impôts et de taxes. En tant que Député je l’ai demandé solennellement le 17 novembre dernier au Président Macron. 

Pour autant, le Gouvernement n’est pas le seul responsable de cette situation. Les collectivités locales doivent aussi entendre cette colère et apporter des réponses concrètes à nos concitoyens qui subissent cette politique injuste et inefficace.

Pourtant dans ce contexte, vous avez décidé une augmentation très lourde de la fiscalité frappant les propriétaires et les entreprises de Nice et de la Métropole Nice Cote d’Azur. Rien que pour la seule taxe foncière, 64 millions d’euros d’impôts nouveaux ont été prélevés en 2018. Selon l’UNPI, cela fait de Nice la grande ville qui a connu la plus forte augmentation fiscale de France avec un taux de 19,3 %.

Le 24 septembre dernier, alors que vous examiniez les orientations budgétaires de la métropole pour
l’année 2019, je vous alertais sur le caractère insupportable pour les niçois de ce nouvel impôt. Vous êtes resté sourd à ma demande de suppression de cette taxe métropolitaine nouvelle, malgré l’incompréhension et la colère qui commençaient à poindre de la part des contribuables qui avaient reçu leur avis d’imposition de taxe foncière et touchaient très concrètement du doigt les conséquences négatives de vos choix budgétaires. Vous n’avez pas mesuré à quel point cette fiscalité devenue confiscatoire n’était plus supportable.

Aujourd’hui, alors que la révolte fiscale gagne le pays, vous devez faire un geste envers nos concitoyens niçois et métropolitains, c’est pourquoi je vous fais solennellement la demande de renoncer à ce nouvel impôt. J’y verrai personnellement un signe positif en rupture avec le soutien que vous avez apporté depuis 2017 au Président Macron. J’y verrai aussi un signe d écoute et de considération à l’égard des Français qui manifestent chaque jour pour réclamer une décrue fiscale.

Vous avez encore la faculté de revenir sur cette hausse de la pression fiscale en annulant l’impôt foncier métropolitain par délibération avant le 31 mars prochain. C’est le seul moyen dont vous disposez aujourd’hui pour rendre du pouvoir d’achat aux habitants de la métropole et de ne plus vous associer à la politique fiscale confiscatoire mise en œuvre par Emmanuel Macron.

En espérant une réponse positive de votre part, je vous prie de croire. Monsieur le Président, à l’assurance de mes sentiments.

Eric Ciotti

Lien court : http://eciotti.fr/lMG
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *