Grève des EHPAD : « Au cœur de cette lutte, c’est la dignité de nos anciens qui est en jeu »

Quelques jours seulement après le mouvement de grève des surveillants pénitentiaires, après les policiers, les sapeurs-pompiers mais encore les agents hospitaliers c’est au tour des personnels des établissements d’hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de protester partout en France contre la dégradation inquiétante de leurs conditions de travail.

Si l’allongement de l’espérance de vie constitue un progrès majeur et une formidable opportunité, il constitue aussi un défi à relever. Un défi qui exige d’accompagner les personnes âgées au plus près de leurs besoins et de leurs attentes, de veiller à leur santé et à leur épanouissement. Les personnels des EHPAD jouent un rôle central dans ce défi puisqu’ils sont les garants, au quotidien, d’une prise en charge humaine de nos anciens. Je veux leur exprimer ma solidarité dans leur mouvement.

Aujourd’hui les EHPAD comptent en moyenne 0,6 agent par résident. Une situation qui risque de s’aggraver au regard de la réforme du financement des EHPAD votée sous le précédent quinquennat et poursuivie par l’actuelle majorité qui pénalisera lourdement certains EHPAD, en particulier publics et associatifs, et touchera directement leurs résidents, souvent les plus défavorisés.

Parce qu’un grand pays se juge à la façon dont il traite ses aînés, le « bien vieillir » doit être une priorité. Alors que les plus de 75 ans représenteront 16,4% de la population en 2050 selon les projections de l’INSEE et que le nombre de personnes en perte d’autonomie devrait doubler en 2060 pour toucher 2,6 millions de personnes âgées selon l’INED, j’appelle le Gouvernement à prendre la mesure de l’enjeu pour adapter notre société au vieillissement de la population.

Face à la détresse des EHPAD, l’enveloppe de 50 millions d’euros promise par le Gouvernement soit une aide journalière supplémentaire de 25 centimes par personne âgée n’est clairement pas à la mesure de l’enjeu de société qui est le nôtre !

Il est temps que l’État prenne ses responsabilités et entende les revendications légitimes des personnels des EHPAD, qui souhaitent pouvoir tout simplement accomplir leur métier dans des conditions respectueuses des personnes âgées. Au cœur de cette lutte, c’est la dignité de nos anciens qui est en jeu.

Lien court : http://eciotti.fr/Aj0
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *