« J’appelle à une véritable révolution des moyens »: Retrouvez mon interview Le Figaro

Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes et spécialiste des questions de sécurité appelle à une réforme globale.

 

Le Figaro – Comment analysez-vous cette vague de suicides dans les forces de l’ordre

C’est un phénomène préoccupant qui malheureusement n’est pas nouveau. Certes les suicides induisent toujours une dimension individuelle, mais la multiplication de ces derniers dans les forces de l’ordre souligne, en vérité, un problème collectif. Or tous les gouvernements qui se sont succédés ces dernières années  ont tous eu la même réponse :  la promesse de vastes plans qui restent lettre morte. Désormais, il faut des réponses concrètes, car les discours devant les cercueils ne peuvent tenir lieu de réforme.

 

Quelles sont les raisons propres aux forces de l’ordre qui expliquant ces chiffres  ?

Sans doute, y-a-t-il des raisons d’organisation qui exigent de mieux prendre en compte les ressources humaines. Mais surtout, les policiers et les gendarmes sont confrontés à des menaces très lourdes : qu’il s’agisse de la sécurité du quotidien, d’une violence de la société de plus en plus grande et du terrorisme. Ils mènent quotidiennement des actions qui mettent en cause leur vie avec de moins en moins de moyens pour y faire face et bien peu de considération. Quelques chiffres parlent d’eux-mêmes : 20 millions d’heures supplémentaires sont dues à la police nationale. La moitié du parc immobilier de cette dernière (les commissariats, NDLR) est vétuste et le parc automobile est vieux de près de sept ans.  Côté gendarmes, les logements ont 40 ans d’âge en moyenne et on compte 220 casernes vétustes. A cela s’ajoute une procédure pénale qui rend trop souvent le travail des forces de l’ordre vain et compliqué. Surtout, depuis cinquante ans, l’effort budgétaire pour la sécurité n’a cessé de reculer et représente à peine 0,86% du PIB. A force de laisser se paupériser les forces de l’ordre, on affaiblit l’Etat et ceux qui le servent. J’appelle à une véritable révolution des moyens pour atteindre 1% du PIB.

 

La réforme de la procédure et la création de la police de proximité du quotidien ne vont-elles dans le bon sens ?

Plutôt que de créer une police de proximité du quotidien, le Ministère de l’intérieur ferait mieux de se préoccuper du quotidien de la police. Quant à la réforme de la procédure pénale, nous n’en sommes qu’au stade de la création d’une ènième commission. Je crois qu’il est urgent de bâtir une loi plus large de programmation et d’orientation sur plusieurs années pour la police, la gendarmerie et la justice. Cette réflexion doit être conduite dans l’unité nationale et hors clivages partisans. Nous le devons à ceux qui assurent notre sécurité au péril de leur vie.

 

Propos recueillis par Paule Gonzalès

Lien court : http://eciotti.fr/esc
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *