Policiers pris pour cible à Toulouse : Eric Ciotti veut lancer « un grand plan de reconquête des quartiers »

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, les forces de l’ordre de Toulouse ont été une nouvelle fois prises pour cible par des délinquants, en particulier dans les quartiers du Mirail et d’Empalot.

Selon le magazine Le Point, une soixantaine de policiers au total, venus sécuriser les pompiers, ont été les cibles de projectiles lors de 25 interventions pour incendies de poubelles et de véhicules. Une quinzaine de voitures de police ont également été brûlées.

Cette situation a assez duré, la République a trop reculé. Nous ne pouvons plus tolérer que nos forces de l’ordre, qui exercent avec courage et abnégation leur mission de sécurité publique, subissent les offensives récurrentes d’une délinquance de plus en plus violente.

Il est temps de commencer une vaste reconquête de ces territoires perdus de la République, véritables ghettos ethniques et religieux où les trafics de drogue et d’armes constituent les principales sources de revenu. Il est temps de reconquérir ces zones de non-droit, où la violence s’est banalisée et où le rejet de l’uniforme est devenu la règle.

Le 28 mars 2016, j’avais demandé au gouvernement socialiste qu’un vaste plan de reconquête des quartiers soit lancé sans délai. En octobre 2016, face à l’inaction du gouvernement Valls, j’avais réitéré ma demande, sans succès. Un an plus tard, face à l’état de délitement avancé de l’autorité de notre pays et alors que le Président de la République a engagé une large concertation sur une «  police de sécurité du quotidien », je réitère pour la deuxième fois ma demande.

Dans un contexte de menace terroriste permanente, la République doit revenir en force dans ces enclaves anarchiques où la délinquance, le communautarisme et l’intégrisme islamiste s’entremêlent, pour faire enfin respecter les lois républicaines partout sur le territoire national.

Lien court : http://eciotti.fr/S8X
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *