Eric Ciotti demande au ministre de l’Intérieur un assouplissement des mesures répressives contre les supporters niçois

©ogcnice.com

À l’occasion d’un rendez-vous avec M. le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb mardi 12 septembre, j’ai évoqué la situation des supporters niçois et demandé un assouplissement des règles opposées systématiquement au groupe des « Ultras populaire Sud » qui ont le sentiment légitime d’une sévérité plus forte à leur égard, introduisant une forme d’injustice.

 

J’ai également demandé l’instauration d’un dialogue plus efficace avec les services du ministère de l’Intérieur pour s’adapter au plus près à la réalité des situations particulières, tout en assurant la sécurité indispensable de tous dans les stades.

 

Le ministre s’est montré ouvert à ré-instaurer ce dialogue avec les supporters et a démontré un état d’esprit d’ouverture face à mes questions.

 

Depuis plusieurs années, le phénomène des interdictions de stade et des interdictions de déplacements s’est accentué en France. Si cette politique a pu réduire la violence dans le milieu du football, elle a surtout déplacé un problème qui existe toujours, comme existe la violence dans notre société.

 

Il faut arrêter de généraliser et de caricaturer une situation bien plus complexe qu’elle n’en a l’air. Les supporters niçois et notamment le groupe des « Ultras populaire Sud » sont trop souvent stigmatisés collectivement et subissent régulièrement des mesures particulièrement radicales et parfois mal comprises qui entravent leur possibilité d’assouvir leur passion.

 

Les comportements violents sont évidemment inacceptables dans notre société – et l’enceinte ou les abords des stades n’échappent pas à cette règle. Mais certaines décisions de l’État peuvent apparaître injustement répressives sans proposer de solutions véritablement efficaces.

Lien court : http://eciotti.fr/nxN
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *