Pourquoi la diminution brutale des contrats aidés est un nouveau coup porté aux collectivités juste avant la rentrée scolaire

Le Gouvernement a décidé dans la précipitation de diminuer le nombre de contrats aidés. À quelques jours de la rentrée scolaire, cette décision prise de façon brutale et arbitraire pose un problème de méthode et met dans l’embarras de nombreuses collectivités locales, légitimement inquiètes. Certaines communes ont même décidé de reporter la rentrée scolaire en raison du manque d’effectifs!

En réalité, l’État se contente une fois de plus de se désengager en laissant les collectivités locales se substituer à son action. Cette façon de procéder est incohérente, car elle ne fait ni baisser la dette publique ni les impôts, et laissera les territoires exsangues, obligés de gérer une situation dans l’urgence.

On ne peut pas piloter la politique de l’emploi avec une visée purement comptable, dans le seul but de faire des économies de court terme : si les contrats aidés ne sont pas la panacée pour réduire le chômage, ils ne sont ni inutiles pour le service public, ni un luxe pour les personnes qui n’ont pas d’autre solution pour s’insérer dans la vie active.

La politique de l’emploi peut et doit être réformée. Mais agir comme le fait Emmanuel Macron, c’est donner des armes à la contestation sociale et prendre la voie de l’échec assuré.

Lien court : http://eciotti.fr/T2e
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *