Police de proximité : Eric Ciotti dénonce le retour à une vieille lubie de la gauche qui avait provoqué une explosion de la délinquance

Gérard Collomb annonce aujourd’hui dans les colonnes du Figaro le retour dès la fin de l’année de la police de proximité, symbole de la politique sécuritaire de Lionel Jospin instaurée en 1998.

Je veux dénoncer ce retour à la vieille lubie de la gauche, fiasco inédit qui n’avait pas fait baisser le sentiment d’insécurité des Français mais avait bien au contraire provoqué une explosion de la délinquance. Comme le rappelait justement Nicolas Sarkozy au moment de revenir sur ce dispositif lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, « les policiers ne sont pas des travailleurs sociaux et organiser des matchs de rugby pour les jeunes du quartier n’est pas leur mission. »

Charger les policiers d’effectuer des relations publiques dans les quartiers difficiles ne permettra pas de réduire la délinquance. Aujourd’hui, en pleine menace terroriste et face à une augmentation forte de la délinquance et de la criminalité, les priorités opérationnelles des policiers doivent être orientées principalement vers l’investigation et le renseignement.

La délinquance ne reculera dans notre pays que si les taux d’élucidations progressent et si la Justice sanctionne fermement et justement ceux qui sont convaincus d’avoir enfreint les lois de la République.

Ce pouvoir qui se voulait porteur d’une modernité éblouissante en est réduit à puiser son inspiration dans le vieux modèle socialiste. Les mêmes causes produiront hélas les mêmes effets. Une nouvelle fois, la communication prime sur le fond et sur la recherche de l’efficacité.

Gérard Collomb essaie de faire diversion alors que plus de 500 millions de crédits consacrés à son ministère viennent d’être supprimés par Gérald Darmanin. Défendre les moyens d’action et d’intervention de nos policiers me parait beaucoup plus prioritaire que disperser leurs forces dans des missions inutiles et inopérantes.

Lien court : http://eciotti.fr/qLf
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *