Attaque terroriste de Levallois-Perret : Eric Ciotti appelle à un réarmement et à une réponse ferme et globale

Ce matin, à travers l’attaque dont des militaires de l’opération Sentinelle ont été la cible à Levallois-Perret, le terrorisme islamiste a à nouveau frappé la France.

En cet instant, je veux témoigner mon soutien et ma solidarité aux militaires blessés lors de ce lâche attentat, au policier blessé lors de l’interception de son auteur et à l’ensemble des forces de sécurité qui veillent sur la sécurité des Français. Je tiens également à rendre hommage aux policiers qui ont procédé avec un grand professionnalisme à l’interpellation de l’auteur de cette attaque.

Depuis plusieurs années, policiers, gendarmes, services de renseignement et militaires sont en première ligne d’une guerre sans merci. Leur dévouement est exemplaire et suscite respect et admiration. Mais force est de constater que les armes dont nous disposons ne sont pas adaptées à la menace.

Les lois votées depuis 2012 ont le mérite d’exister mais il faut enfin avoir la lucidité de reconnaître qu’elles ne nous permettront pas de gagner cette guerre. Comme l’a rappelé le ministre de l’Intérieur récemment, les terroristes sont parmi nous. Ils sont déterminés à nous anéantir. Dans cette guerre qui sera longue, ce sera eux ou nous.

Dès lors, notre réponse doit être ferme et globale. Nous devons nous réarmer. Sur le plan sécuritaire avec des moyens budgétaires et juridiques supplémentaires pour nos forces de sécurité. Sur le plan judiciaire avec une justice implacable à l’égard de ceux qui nous menacent. Sur le plan diplomatique avec une politique qui fait passer la sécurité de la France et des Français avant toute autre considération. Mais aussi idéologique avec une tolérance zéro à l’égard de toutes les formes de l’islam radical et du communautarisme qui n’ont pas leur place dans notre République.

Aussi, au moment où cette attaque nous rappelle l’acuité de la menace qui pèse sur notre pays, je demande au Président de la République de revenir sur sa décision de sortir de l’État d’urgence. Alors que certaines de ses dispositions ne peuvent être transposées dans le droit commun, nous priver de cet outil dans le contexte actuel serait totalement irresponsable.

La France demeure l’une des premières cibles au monde. Dans ce contexte, diminuer les moyens budgétaires des forces de l’ordre et des militaires est une faute. C’est pourquoi, je demande également le rétablissement immédiat des crédits supprimés par le gouvernement.

Lien court : http://eciotti.fr/NJx
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *