Absence de représentant de l’opposition à la Questure : Eric Ciotti dénonce un scandale démocratique et un hold-up institutionnel

©Assemblée nationale

Alors que depuis 1973 il est de tradition qu’un des trois Questeurs de l’Assemblée nationale appartienne à l’opposition et les deux autres à la majorité, cette dernière a décidé de mettre fin à cet usage républicain en ne réservant aucun poste de Questeur au groupe Les Républicains qui constitue aujourd’hui le principal groupe d’opposition.

Alors que j’ai été élu ce jour par mes collègues du groupe LR pour assumer ces fonctions, la majorité à l’Assemblée nationale en a décidé autrement en désignant un député allié d’En Marche, parti grâce auquel il a remporté son élection législative.

Je tiens à dénoncer ce scandale démocratique et ce hold-up institutionnel qui empêchent l’opposition d’exercer son rôle de contre-pouvoir. Désormais, l’opposition n’aura aucune possibilité de contrôler la préparation et l’exécution du budget de l’Assemblée nationale qui seront réalisés en toute opacité par la majorité et ses alliés.

Emmanuel Macron, sa majorité et ses alliés révèlent aujourd’hui leurs véritables visages en bafouant la démocratie et les droits de l’opposition dès l’ouverture de la XVe législature de la Ve République.

Lien court : http://eciotti.fr/SDe
4 réactions
  • Andres

    LREM et ses inspirateurs ne cherchent pas à respecter l'opposition mais à l'annihiler ou à la détruire et ce avec l'aide de quelques mercenaires dont Thierry Solere est un parfait représentant. Attention la vraie opposition va finir par reprendre ses droits avec une vigueur, voir une violence qui sera proportionnelle au mépris dont elle fait l'objet aujourd'hui

  • Andres

    Mépris de la presse, mépris de l'opposition, mépris du peuple aussi?

  • LANDREAU

    Tout cela est voulu. Vous savez que la tortue n'est pas une fortiche à courir vite, mais détrompez vous, vous la posez au bord d'un champs de laitues, lentement et sûrement elle en bouffera un grand nombre. MACRON c'est cela même, et même le Premier Ministre passera à la casserole et le grand tour sera achevé.

  • VERGNAUD Jean Marie

    Si on avait viré immédiatement ces "constructifs" du parti Les Républicains, cela ne serait pas arrivé. Voilà encore une preuve de la faiblesse de nos dirigeants qui ne prennent pas les bonnes décisions au moment où il faut les prendre. Nous avons des hésitants, des tièdes, nous ne pouvons avancer avec ces dirigeants là. Nous avons perdu la Présidentielle à cause de cela, c'est maintenant clair. Mais peut-être que cela était moins clair au soir du Trocadéro.....

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *