Le terroriste des Champs-Elysées n’en était pas à son coup d’essai contre des policiers: pourquoi était-il encore en liberté ?

©THOMAS SAMSON /AFP

Je veux exprimer à nouveau mon soutien à la famille et aux collègues du policier tué hier soir, ainsi qu’aux blessés et à tous ceux, forces de l’ordre et militaires, qui sont le rempart de la France contre le terrorisme.

L’assaillant des Champs-Elysées, le 20 avril 2017, était un récidiviste. Il avait déjà attaqué des policiers à deux reprises en l’espace de deux jours, en 2001. Les deux fois, il les avait attaqués par arme à feu en les blessant grièvement. Mis en examen en 2001, il sera condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 2003. Cette peine sera réduite à 15 ans en appel, en 2005.

Interpellé très récemment, le 23 février 2017 pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, cet individu avait été remis en liberté après 24 heures de garde à vue à Meaux, faute de preuves suffisantes.

Deux questions principales sont posées dans cette affaire : pourquoi, alors que cet homme avait déjà été condamné pour tentative d’assassinat et qu’il était semble-t-il à la recherche d’armes pour commettre un nouveau crime, n’a-t-il pas été placé immédiatement en détention préventive ?  Pourquoi, alors qu’il  faisait depuis plusieurs mois l’objet d’une enquête préliminaire ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris, pour des suspicions de passage à l’acte contre des policiers, n’a-t-il pas fait l’objet de mesures de sûreté ?

Ces questions devront trouver réponse afin de renforcer les mesures judiciaires et administratives nécessaires pour prévenir le renouvellement de tels faits.

Lien court : http://eciotti.fr/WS1
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *