Retour de mineurs isolés à Calais : Pour Eric Ciotti, cet effet boomerang n’est en rien une surprise et confirme les nombreuses mises en garde émises face à la politique migratoire irresponsable de la gauche

Deux mois à peine après le démantèlement en grande pompe médiatique de la “Jungle” de Calais savamment orchestré par un Gouvernement ayant fait preuve d’une irresponsabilité grave responsable du chaos migratoire que connaît notre pays, de nombreux mineurs étrangers isolés sont déjà de retour dans la région.

En effet, sur les 2000 jeunes répartis fin octobre dans des centres d’accueil et d’orientation au travers de la France, seuls 791 d’entre-deux ont été pris en charge par le Grande-Bretagne en dépit de son engagement.

Si cet effet boomerang n’est en rien une surprise en ce qu’il vient confirmer mes nombreuses mises en garde face à la politique migratoire irresponsable de la gauche, il témoigne une nouvelle fois du drame du Calaisis : celui d’un Etat démissionnaire, impuissant, incapable d’assumer ses responsabilités et sa mission fondamentale consistant à faire respecter la loi.

Loin d’avoir provoqué la fin des flux migratoires, la fermeture de la “Jungle” de Calais fait peser le poids de la crise migratoire sur la future majorité. Celle-ci devra faire en sorte que le droit d’asile, honneur de la France, ne soit plus dévoyé, puisque les deux tiers des demandeurs d’asile actuels n’en remplissent pas les conditions. Elle devra aussi prévoir la reconduite à la frontière des déboutés du droit d’asile. Elle n’aura d’autre choix, également, afin de réguler le flux de l’immigration économique, que de tenir compte de la situation de l’emploi et du logement pour déterminer les capacités d’accueil de la France. Au plan international, la France devra enfin promouvoir une politique du maintien dans les pays d’origine.

Lien court : http://eciotti.fr/kuT
Aucune réaction

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *