Revalorisation du RSA : le Gouvernement signe un chèque en blanc sur le dos des Départements

eric-ciotti-conference-temps-de-travail

Le Gouvernement vient de confirmer une revalorisation du montant forfaitaire mensuel du Revenu de Solidarité Active de 2%, passant ainsi à 535,17 euros pour un allocataire seul.

Si toute mesure visant à lutter contre la précarité des plus fragiles est un progrès, je veux dénoncer, en ma qualité de Président du Département des Alpes-Maritimes, la méthode employée par le Gouvernement qui signe un nouveau chèque en blanc sur le dos des Départements, ne laissant aucun doute sur le caractère électoral de cette mesure.

En effet, le Gouvernement confirme cette revalorisation au moment où sa dette envers les Départements, chargés du versement de cette allocation avant compensation par l’État, n’a jamais été aussi élevée. Concernant le seul Département des Alpes-Maritimes, alors que les compensations étaient à la hauteur des dépenses de 2009 – année de la création du RSA – à 2012, nous faisons face depuis l’élection de François Hollande à un grave désengagement de l’État, qui ne cesse de revaloriser cette allocation sans jamais ajuster la compensation due aux Départements.  Le coût cumulé de l’allocation RSA non compensé par l’État depuis 2012 pour le Département des Alpes-Maritimes s’élève ainsi à plus de 137 millions d’euros

Depuis 2011, le Département des Alpes-Maritimes mène une politique de lutte contre la fraude sociale qui a permis d’économiser près de 32 millions d’euros. Un bénéficiaire a également l’obligation de s’inscrire à Pôle-Emploi et d’accepter une offre d’emploi quand elle est raisonnable. À partir de deux refus, nous considérons qu’il ne s’inscrit pas dans une démarche de recherche d’emploi, qu’il n’a plus à bénéficier de la solidarité nationale et ses droits sont suspendus.

Parallèlement à cette grande rigueur dans le versement des allocations et le contrôle du respect des devoirs, le Département des Alpes-Maritimes, pour qui les solidarités humaines constituent la première préoccupation, accompagne de manière personnalisée et intensive les bénéficiaires qui s’inscrivent dans une démarche de recherche d’emploi.

Si ces politiques basées sur un exigeant équilibre entre droits et devoirs, dont le succès se traduit notamment par une diminution inédite depuis la création du RSA du nombre d’allocataires entre juin 2015 et juin 2016, ont permis au Département des Alpes-Maritimes d’atténuer l’impact de la politique du Gouvernement, nous ne pouvons accepter plus longtemps une telle irresponsabilité.

Aussi, je demande solennellement au Premier ministre de régulariser cette situation qui pèse lourdement sur les finances du Département des Alpes-Maritimes et de s’engager à compenser l’intégralité des dépenses futures. Le Département des Alpes-Maritimes ne fera pas payer à ses habitants le prix de la campagne de François Hollande !

Lien court : http://eciotti.fr/TGg
2 réactions
  • Simonee

    Je veux aider ma France et ma ville contre les gens qui abusent et veulent nous nuire je demande un rendez-vous au plus vite avec vous pour Vous en dire plus sur divers abus sociaux et autres cordialement monsieur CIOTTI

  • Eric Ciotti

    Bonjour, vous pouvez me contacter depuis la page "Contact" de ce site internet. Cordialement

Réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *