Trappes : la République ne peut céder devant les violences et les communautarismes

Hier soir, un rassemblement d’une rare violence, comprenant 200 à 400 émeutiers s’est déroulé à Trappes devant le commissariat de police. Cette manifestation ferait suite à l’interpellation d’un homme qui s’était opposé au contrôle par la police de son épouse portant un voile intégral. Le mari aurait d’ailleurs agressé un fonctionnaire de police.

Les émeutiers n’ont donc pas hésité à faire le siège du commissariat de police et tenté de le prendre d’assaut à coup de jets de projectiles.

Rien ne saurait excuser cette violence, inouïe et inédite dans l’histoire de notre pays, contre les symboles de la République, à savoir la police nationale. Les fonctionnaires de police ont donc tout mon soutien dans l’exercice de leurs missions. La loi de la République doit s’appliquer avec la même force et la même sévérité sur tout le territoire de la République.

A cet égard, l’opposition récente du Gouvernement à ma proposition de loi visant à renforcer l’application du principe de laïcité dans les entreprises après l’affaire de la crèche Babyloup a sans doute constitué un encouragement au développement des pratiques communautaristes dans notre pays.

La République se doit d’être implacable contre la violence communautariste plutôt que d’être dissimulée. Cette violence appelle de lourdes sanctions. Il faut donc que tous les Républicains réagissent de façon unanime face à ces menaces qui minent notre pacte national.

– Mise à jour 20h35

Eric Ciotti réagit sur France 3 à la libération de la personne à l’origine de l’agression des policiers.  Il estime que cette libération est un signe négatif donnant raison aux émeutiers.

– Mise à jour 21h44 

Eric Ciotti réagit sur France Inter, il dit ne pas ressentir une forte détermination à lutter contre la violence et le communautarisme

Lien court : http://eciotti.fr/6r0AJ

Les commentaires sont fermés pour cet article

Réagissez