Incidents au Trocadéro : le Gouvernement a été pris en flagrant délit d’amateurisme

Alors que Manuel Valls et Christiane Taubira mettaient en scène leur premier bilan très contrasté des Zones de sécurité prioritaires à Lyon hier, le Gouvernement a une nouvelle fois été pris en flagrant délit d’amateurisme sur l’organisation du rassemblement pour la victoire du PSG à Paris.

Lors de cette fête organisée au Trocadéro pour accueillir les nouveaux champions de France de football, la sécurité des personnes, des supporters, des joueurs et des journalistes n’a pas été assurée. Des scènes d’émeutes et de pillage d’une rare violence ont été déplorées lors de cette soirée.

La responsabilité du ministre de l’Intérieur, et singulièrement celle du Préfet de Police, doit donc être assumée. En sous-estimant les risques, Manuel Valls et le Préfet de police de Paris ont mis la sécurité des Parisiens en danger.

De l’avis de tous, les autorités en charge de l’ordre public ont été dépassées, tant le manque d’anticipation et de prévision des débordements était patent. Malheureusement, ce n’est pas la première fois que la gestion du Préfet de Police de Paris en matière d’ordre public est pointée du doigt. Déjà en septembre, une manifestation de plusieurs centaines de salafistes devant l’ambassade des Etats-Unis à quelques pas du palais de l’Élysée avait défrayé la chronique, tout comme l’usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants pacifiques de la « manif pour tous ».

J’apporte mon entier soutien aux forces de l’ordre qui ont tenté de gérer au mieux ces graves incidents, en fonction des moyens humains qui leur étaient affectés et des consignes qui leur étaient donnés. Je demande au Premier ministre de diligenter une enquête administrative pour établir les responsabilités du Préfet de police dans ce fiasco. Je demande également solennellement à Madame la Garde des Sceaux des sanctions judiciaires exemplaires contre tous ces casseurs et pilleurs qui ont gâché ce rassemblement festif et abimé l’image de la France à l’étranger.

Lien court : http://eciotti.fr/iIemv

Les commentaires sont fermés pour cet article

Réagissez